Maternités en colère
Bernay (Eure) - 26 janvier 2019

"Fermer une maternité, c'est prendre des risques de tuer. De tuer des femmes et les enfants. C'est un risque qu'on connaît, et je pense que les décideurs ne peuvent pas ne pas le connaître." Evelyne Combier, pédiatre, auteure d'un rapport portant sur des données fournies par l'ensemble des maternités françaises entre 2012 et 2014

Maternités fermées depuis moins de 2 ans ou menacées de fermeture

liste malheureusement non exhaustive

Le Blanc (36) - Bernay (27) - Creil (60) - Decazeville (12) - Saint-Claude (39) - Guingamp (22) - Thann (68) - Altkirch (68) - Oloron Sainte Marie (64) - Die (26) - Saint-Chamont (42) - Brive (19) -  Cosne-Cours-sur-Loire (58) - Vierzon (18) - Mont Saint-Aignan (76) - Coutances (50) - Bar-le-duc (55) ...

7 MATERNITÉS SUR 10 ont disparu en 47 ans 

pour une baisse de seulement 15% des naissances

1972 : 1747 maternités pour 911 161 naissances

1975 : 1369 maternités pour 774 546 naissances

2017 : 512 maternités (-70,69%) pour 769 553 naissances (-15%)

Pour les nouveaux-nés, le taux de mortalité est multiplié par 2 au-delà de 45 minutes de trajet. 

HORS MATERNITE : 

  • 3 fois plus de risque que le bébé soit mort-né,  
  • taux de mortalité maternel multiplié par 13.

source : étude de Evelyne Combier, pédiatre, sur la base de données transmises par toutes les maternités françaises entre 2012 et 2014 (étude de 6 700 naissances hors maternité) citée par la Cour des Comptes dans son rapport sur les maternités et donc connu par les ARS qui prennent les décisions de fermetures.

lire l'article du Monde sur la fermeture des maternités (février 2018)

lire l'article de Marie-Claire (janvier 2019)

Sécurité, sécurité...

la tarte à la crème de la ministre

Mme Buzyn explique que ce n'est QUE pour des raisons de sécurité que l'on ferme des maternités. Les "petites" maternités seraient dangereuses. Bien que cette affirmation ne soit étayée par AUCUNE étude statistique, elle est rebattue par les gestionnaires. 

Pourtant :

La maternité du Belvédère, à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen (76), réalise 3 200 accouchements en moyenne par an. L'ARS entend la fusionner avec celle du CHU de Rouen. Gain à réaliser : 20 postes de sage-femmes !

A Paris la fusion des maternités de Saint-Vincent de Paul et de Port Royal s'est soldée par une chute de 30 à 40% du personnel, alors qu'il y a le même nombre d'accouchement que les deux maternités réunies.

Mme la ministre nous prendrait-elle pour des courges ?

mortalité néonatale

décès du nouveau-né dans le mois qui suit sa naissance

La France est passée du 6ème rang européen en 2008, au 17ème rang en 2010 et au 23 ème rang aujourd'hui.

Même si les causes sont multiples (âge de la maman et tabac notamment), et si les chiffres restent faibles (2,3 décès pour 1000 naissances) ils sont stables alors qu'ils ont baissé dans beaucoup d'autres pays. La démonstration que malgré la fermeture en masse des maternités pour de prétendues raisons de "sécurité", le risque n'est en rien diminué par la naissance dans de plus grands centres ! On en revient donc bien à une recherche de "rentabilité". Un bébé coûte moins cher en naissant dans une (très) grande maternité que dans une plus petite !

montage vidéo présenté à Bernay

Devant la mairie de Bernay
Gérald Kierzek
délégation de Thann
Pierre Jalet, avocat de l'assocation de Bernay
délégation du Blanc
Mairie de Bernay
Paul Cesbron
rassemblement devant la mairie de Bernay
Le représentant d'AUDACE53 raconte la génèse de l'association

reportage diffusé le 14 février 2019 sur la fermeture des petites maternités

Déterminés

Le 26 janvier 2019, des représentants répondaient à l'invitation de l'association "Liberté Egalité Proximité" de défense de la maternité de Bernay (Eure) en se rendant dans la ville normande, comparable à Mayenne.

Le Centre Hospitalier vient de perdre sa maternité (420 naissances par an), même si la fermeture, prévue pour le 12 février, est pour le moment repoussée. Les futures mamans devront, selon l'administration, parcourir de 30 à 47 kilomètres pour accoucher à Lisieux ou Evreux, maternités les plus proches.

Le Blanc a vu sa maternité définitivement fermée le 19 octobre. Comme beaucoup d'autres, la raison invoquée par la ministre est le faible nombre de naissances qui poserait des problèmes de recrutement et de sécurité. Les maternisés les plus proches (Poitiers et Châteauroux) sont à 60 kilomètres ! Résultat, le premier bébé né après la fermeture du Blanc est arrivé... aux urgences du centre hospitalier du Blanc. Beau progrès !

Bien que les problèmes de sécurité liés au nombre de naissances restent à démontrer, un contre-exemple, pour la ministre vient mettre à bas son argumentation. Le cas de la maternité du Belvédère, au Mont-Saint-Aignan, près de Rouen est édifiant. 3 200 naissances par an mais... un budget en déficit, ce qui amène l'ARS à envisager, tout en la démentant, la fusion avec le CHU de Rouen qui permettrait de gagner... 20 postes de sage-femmes. La sécurité a donc bon dos.

Et quand Agnès Buzyn assure la main sur le cœur que, même si la Suède et le Royaume-Uni ont des maternités avec au moins 3 000 naissances par an, il n'est pas question de faire pareil en France, la volonté de regrouper les accouchements dans des centres de 1 500 à 1 800 naissances au moins par an est bien avancée dans le plan Masanté2022.

Selon Gérald Kierzek, médecin urgentiste et chroniqueur sur plusieurs médias radio et télé, présent en "voisin" à cette rencontre, le triptyque qui devrait "géré" l'hôpital public, c'est le triptyque "politiques-soignants-soignés", les administratifs ne venant qu'en "appui". Aujourd'hui, les administratifs ont la main-mise sur l'organisation de la santé, ravalant les soignants, les soignés mais aussi les politiques, au second rang. Une manière d’illustrer que ce sont bien des gestionnaires-financiers qui pensent le système de santé public. Au détriment du système lui-même, et en particulier de l'hôpital.

Comme quoi, la fermeture pendant 2 semaines de la maternité du Centre Hospitalier de Mayenne, n'était peut-être qu'un avant-goût de ce qui pourrait, de provisoire, devenir définitif.


Quelques unes des associations de défense des maternités présentes à Bernay

Vierzon - Thann - Bernay

Altkirch - Mayenne - Le Blanc