Projet de loi Buzyn printemps 2019
Entrez un sous-titre ici

Rencontre publiqua avec les députés mayennais

à Mayenne, le 4 avril 2019

AUDACE53 avait invité les 5 parlementaires mayennais à venir rencontrer les citoyens au cours d'une réunion publique pour expliquer le contenu de la loi santé actuellement discutée au parlement. Les sénateurs Elisabeth DOINEAU et Guillaume CHEVROLLIER étant retenus au Sénat, les participants ont pu rencontrer et échanger pendant environ 2 heures et demi avec les députés Géraldine BANNIER, Yannick FAVENNEC et Guillaume GAROT.

Les parlementaires ont joué le jeu et, après une présentation de la loi par l'association et une brève intervention de chacun d'entre eux, ont répondu aux questions des présents.

Que contient la future loi ?


Agnès Buzyn sur France Inter le 12 février 2019

Pourquoi la ministre ment-elle encore et encore ?

Interrogée par Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20 le 12 février 2019, la ministre a évoqué le projet de loi présenté au conseil des ministres du 12, et discuté à partir de mars à l'Assemblée nationale, avec l'objectif d'être voté à la fin du printemps.

En attendant le verbatim de l'interview que nous sommes en train de réaliser, nous notons plusieurs omissions, contre-vérités ou évidents mensonges commis par la ministre.

Agnès Buzyn dit qu'elle ne fermera pas de maternités MAIS précise qu'une maternité qui n'assure qu'un seul accouchement par jour n'offre pas toutes les conditions de sécurité.

Elle précise ensuite qu'elle va créer 5 à 600 hôpitaux de proximité SANS maternité. Or, il n'existe aujourd'hui que 340 "hôpitaux locaux" dont l'activité est centrée sur la gériatrie et qui n'ont pas de maternité. Chacun comprend donc qu'en labellisant plus de 550 "hôpitaux de proximité", ce sont plus de 200 centre hospitaliers qui vont probablement changer d'appellation et donc... perdre leur maternité. Mais, bien sûr, on ne "ferme" pas, on transfert... !

Enfin (provisoirement) Agnès Buzyn aborde le "transfert" de la maternité de Creil (Oise) à l'hôpital de Senlis  en disant, d'une part, que c'est sur la demande de la "communauté professionnelle", oubliant au passage l'opposition maintes fois réaffirmée des médecins et même la démission d'un chef de service, et insistant sur le fait qu'il s'agit là d'une amélioration puisque la maternité du CH de Senlis est de niveau III avec un service de néonatologie.

Sauf que la maternité de Creil était déjà de niveau III !

Pourquoi mentir quand on n'a rien à cacher ?