Manif du 26 novembre
un défilé déterminé, mais festif, familial et bon enfant !

Après la manifestation monstre du 26 novembre

On ne demande pas la lune... mais on le demande avec détermination !

Qui, parmi les 35 personnes qui ont créé l'association le 16 septembre dernier, qui aurait pu penser qu'ils seraient  plus de 1 000 adhérents à peine deux mois et demi plus tard ?

Qui, lorsque la décision fut prise le 30 septembre d'organiser une manifestation dans les rues de Mayenne le 26 novembre, qui, aurait parié qu'elle rassemblerait près de 1 200 citoyens calmes, sereins, mais déterminés dans leur volonté de défendre un système de santé et un hôpital public au service de la population ?

Qui ? Sûrement personne. 

Et pourtant  AUDACE53 tenta le pari de réunir usagers, soignants et élus derrière une seule et unique banderole affirmant que "la santé publique n'est pas une marchandise".

Pari audacieux, mais pari gagné, grâce aux nombreux adhérents qui se sont mobilisés depuis plusieurs semaines pour assurer des permanences au marché, distribuer des tracts (4 200 !), proposer des affichettes aux commerçants (une centaine), coller des affiches (80), participer à la conférence et aux réunions de l'association (9) et puis, et sans doute surtout, parler autour d'eux, informer, sensibiliser les voisins, les amis, la famille sur les grands risques que court notre système de santé.

Près de 1 200 manifestants en tout, entre ceux qui étaient sur le parvis du théâtre de Mayenne dès 10h15, et ceux, nombreux, qui se sont agrégés au cortège qui a sillonné les rues de la ville pendant 1h30.

Merci à tous. Merci d'avoir été là.

Merci aussi, bien sûr, aux élus, une trentaine, qui ont consacré un peu de leur temps précieux pour affirmer aux côtés de la population, leur préoccupation et leur soutien aux revendications soutenues par AUDACE53.

Les absents ont toujours tort, et même si on ne peut être partout en même temps, ceux qui n'étaient pas là ne savent pas ce qu'ils ont raté, à moins qu'on ne leur ait déjà dit : une belle balade, citoyenne et revendicative, qui fait chaud au coeur quant à la capacité populaire, quels que soient les errances et les doutes, à se rassembler derrière une des valeurs fondamentales de notre république : le droit à l'accès aux soins pour tous.

La clarté, la constance et l'honnêteté peuvent générer le meilleur. La preuve en a été donnée ce samedi 26 novembre, qui restera une date historique pour notre cité, puisque cette manifestation est la plus forte que la ville ait jamais connue, si l'on excepte le rassemblement qui a suivi le tragique attentat à Charlie-hebdo.

Et maintenant ? 

Bien sûr, ce quasi-plebiscite (!) donne à notre association une grande responsabilité. Mais soyons clairs : il est question de ne prendre la place ni des organisations professionnelles, ni bien sûr des soignants. 

Depuis que l'association existe, nous avons cheminé côte à côte avec les syndicats du CHNM. Côte à côte, mais de façon indépendante. AUDACE53 est une association d'usagers et entend le rester. Indépendante vis à vis des organisations syndicales, autant que vis à vis des partis politiques.

L'expérience apprend que le succès fait souvent naître les convoitises.

Soucieuse de son indépendance, qu'elle continuera à surveiller comme le lait sur le feu dans la période électorale qui s'ouvre, elle se contentera, et c'est déjà beaucoup, de défendre un système de santé républicain, basé sur la solidarité et l'égalité.

En exigeant que les moyens qui lui sont dus soient donnés à l'hôpital de Mayenne, nous défendons un système de santé qui garantisse à chaque citoyen, quels que soient ses moyens, ses origines sociales ou géographiques, le lieu ou il habite, un égal accès aux soins.

Chacun jugera en conscience, le moment venu, comment il souhaite faire coïncider dans les urnes, les revendications qu'il porte avec ou dans l'association, avec les propositions du (des) candidat(s) choisi(s). 

Ce choix ne relève en tout état de cause nullement de la responsabilité de l'association.

AUDACE53, pour ce qui la concerne, continuera le chemin qu'elle a tracé en continuant à revendiquer une juste et républicaine politique de santé publique.

Indépendante avant, et après le printemps prochain.

Calmement, mais avec détermination.

PG

27.11.2016


AUDACE53 reçue à la sous-préfecture

Une délégation de 4 membres de l'association a été reçue à 11h30 par Mme Marie THALABARD-GUILLOT, sous- préfète nouvellement arrivée à Mayenne, accompagnée par Mme Céline VERWAERDE, secrétaire générale.

Sans résoudre les problèmes, cette entrevue a permis à AUDACE53 de faire part à la représentante de l'état de ses inquiétudes quant à l'avenir du centre hospitalier, que ce soit à court terme - déficit, fermetures de lits et suppressions de postes - ou à moyen terme avec la mise en place du GHT et les interrogations sur l'avenir de l'ensemble des services dans le cadre d'une entité territoriale qui entend "supprimer les doublons".

La délégation a évoqué ses préoccupations pour le secteur psychiatrique objet d'un "changement de pied" depuis une dizaine d'années dans la façon d'aborder et de traiter la maladie mentale, proccupations renforcées par la mise en place de la T2A en 2017, ainsi que par l'attaque dont est victime le secteur dans tout un pan de la loi Touraine.

La délégation a demandé pourquoi les taux d'emprunts contractés au moment où ils étaient 2 à 3 fois supérieurs à ce qu'ils sont aujourd'hui, n'étaient pas renégociés, ce qui aurait pour effet de délester le CHNM d'une partie de son déficit.

Enfin, AUDACE53 a interpellé la sous-préfète sur la tarification à l'acte, qui entraîne l'hôpital public dans une spirale mortifère. 

Mme THALABARD-GUILLOT s'est montrée à l'écoute des arguments développés. Elle a assuré la délégation de la prise en compte de la représentativité indiscutable de l'association, de sa capacité à mobiliser fortement et de sa volonté légitimée de défendre les usagers. Tout en défendant la politique gouvernementale, elle a indiqué que les décisions essentielles pour résoudre les problèmes du CHNM relevaient de la responsabilité de sa directrice, notamment pour la renégociation des taux d'emprunts, et de l'ARS pour ce qui est de l'aide financière qui pourrait être apportée. Elle s'est réjouie que l'association soit reçue à Nantes en janvier.

La sous-préfète a exprimé, avant de clore l'entrevue, sa volonté de poursuivre les discussions avec l'association et de faire remonter et ses revendications, et la forte mobilisation de ce samedi 26 novembre.


rions en choeur...